Wahnsinn von Chloée

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Lulu-sama le Jeu 20 Jan - 14:25

Alors môssieu qui empêche Lulu de lire ses chapitres quand elle se connecte ! Ah-ahhhh !!!!! Vous z'êtes dé-mas-qué !!! xD

Aurai-je le temps d'en lire au moins 1 ? Blue 11

J'ai faim, je vais manger....


Ah au fait mon Philou, une phrase que j'ai entendu l'autre jour dans un film bidon sur les pluies de météorites, et qui m'a fait penser à toi (pas dans son sens, mais au niveau de sa thématique):

Si tu veux faire rire Dieu, parle-lui de tes projets...
Lulu-sama
Lulu-sama
You have no Idea how Active
You have no Idea how Active

Féminin Vierge Cochon
Messages : 4350
Date d'inscription : 24/02/2009
Age : 35
Localisation : 26° N latitude 72.9 roger latéral droit ne répond plus

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Racineleretour le Ven 21 Jan - 19:16

A condition que Dieu existe, mais avant même de poser cette question, il faut se demander ce qu'est Dieu ! Shocked

Je pense, personnellement, qu'il n'y a pas d'homme barbu sur son petit nuage, mais une extraordinaire force créatrice, qui n'est ni bien ni mal, mais qui a crée l'univers ... mais pas forcément volontairement ... je sais pas, je m'emmêles les pinceaux parfois. cheers
Racineleretour
Racineleretour
Modo
Modo

Messages : 1162
Date d'inscription : 18/02/2009
Localisation : In Wonderland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Racineleretour le Lun 24 Jan - 7:44

Beuh ! Lundi ! Crée juste pour faire souffrir la race humaine toute entière ! 🇳🇴

"La souffrance, dit Colère, la souffrance ... tant de souffrance. Pourquoi est-ce que j'ai tant souffert ? C'est à cause de toi Chloé.
- Attends, y'a pas moyens de s'entendre ? Demanda la jeune fille qui n'était vraiment pas disposé à mourir.
- Le temps des négociations est terminé ! Hurla-t-il.
- Mais ... il n'a jamais commencé !
- Arrêt de me contredire ! Je jures de rendre ta mort encore plus atroce pour cela ! Encore plus abominable !"
Effrayée, Chloé se tourna alors vers Chaperon.
"Hé ! Aides-moi là ! Aides-moi Chaperon.
- Oh non, je peux pas.
- Quoi ?! Comment ça, "je peux pas " ?! C'est quoi cette connerie ?!
- Ton combat avec les bosses, tu dois les faire seuls. Je peux pas toujours t'épauler moi.
- Si jamais je t'attrapes ...
- C'est justement pour cette raison que je vais faire attention que ça n'arrives pas."
A peine Chaperon eut-elle dit cela qu'elle se mit à disparaître, en commençant par la tête, pour finalement finir par les pieds et les mains. Chloé était folle de rage, une rage renforcée par la peur qu'elle avait de ce qui la plaquait actuellement au sol. Elle essaya alors de riposter à l'aide de coups de pieds, mais cela ne servait à rien, son adversaire était décidément trop fort pour elle et ses coups de pieds ne faisaient apparemment que le chatouiller.
Elle essaya donc de se servir de son couteau, mais elle ne parvint pas à atteindre sa poche gauche pour la récupérer.
"Je vais te tuer ! Cria Colère, je vais te tuer, je vais te tuer !!
- Mais si je meurs, tu meurs aussi.
- Peu importe ! J'ai tant souffert que je préfère la mort, pourvu que j'ai pu accomplir ma vengeance."
Chloé avait tellement peur qu'elle sentait qu'elle allait mourir, tellement peur que c'en était indescriptible. C'était encore pire que quand elle avait du marcher des heures durant sous la menace du fusil de son oncle, parce que dans ce cas-là, elle pouvait choisir le moment de sa mort tandis qu'ici, c'était la mort qui allait venir la chercher.
Mais au fait, que lui avait-on dit pour se calmer en cas de peur ou de frustration ? Respirer, il fallait respirer ... ce lion, somme toute, n'était que le village de Colère, mais en pire. Donc, en théorie, des ruses aussi basiques que celles utilisées dans ledit village devraient fonctionner.
"Oh mon Dieu ! Cria Chloé, y'a quelqu'un qui se moque de toi !
- Hein ?! Où ça ? Cria Colère.
- Derrière toi ! Là !"
Afin de se retourner, le lion du retirer une de ses pattes, mais c'est plus qu'il n'en fallait pour Chloé, car il avait retiré la bonne. La jeune fille pu alors plonger dans mains dans sa poche. Elle en tira alors son couteau et pu plonger sa lame dans la patte de Colère.
Le lion hurla de douleur et recula, permettant par la même occasion à Chloé se relever.
"Je vais t'arracher les trippes ! Hurla-t-il. Je vais te faire souffrir autant que possible avant de t'achever.
- Hé ! J'ai essayer de négocier rationnellement, mais c'est toi qui voulais rien entendre ! Maintenant, il faut pas s'étonner qu'il y ait des conséquences.
- Si en plus tu te permet de me faire la morale, c'est que t'as vraiment pas envie de vivre !" Hurla-t-il en fonçant vers elle.
Chloé, à l'aide d'une roulade, parvint de justesse à l'éviter. Elle brandit alors le couteau et le plongea dans le flanc de la bête. Entendant celle-ci hurler, elle l'ôta pour mieux la plonger de nouveau.
"Connasse ! Hurla Colère ! Connasse ! Connasse ! Connasse !
- C'est ça, causes toujours, tu m'intéresse !"
Le sang commençait à gicler de partout et Chloé s'en trouva éclaboussé, rendant, en fait, son jean complètement violet, par mélange de couleur (ce qui n'était pas déplaisant au niveau de la teinte, mais il faut souligner que c'était franchement très collant). Ne flanchant pas, elle continuait à perforer son adversaire encore et encore.
"Mais merde, il est invincible ou quoi, dit la jeune fille. Pourquoi est-ce qu'il est encore debout ?!"
La colère parvenait à faire tenir le monstre debout, cependant, il ne s'agissait que d'adrénaline, temporaire et aussi volatile et inconstante que la colère elle-même. Les flots de sang excitaient la créature, cependant, elle avait de plus en plus de mal à bouger.
Finalement, Colère s'immobilisa.
"Euh ... t'es enfin calmes ? Demanda Chloé en s'approchant prudemment. Je voulais pas te tuer exactement, mais plutôt ..."
Brusquement, Colère sorti ses griffes et fendit Chloé au niveau du ventre. La jeune fille sentie alors à son tour son sang en train de couleur, elle ressentie à son tour la colère et l'envie de tuer.
Elle enfonça alors le couteau dans le front de la bête. Le sorti, puis l'enfonça de nouveau, répétant ce geste autant de fois que son bras le lui permettait. Au bout de quelques instants, Colère s'écroulait enfin par terre, mort.
Chloé recula légèrement pour sortir de la marre de sang puis, dit, en se passant la main sur la figure :
"Bon eh ben, one dow, three to go."
Cependant, la douleur de sa blessure se fit alors sentir. Elle était atroce, et de plus, la jeune fille devait trouver une chemise avant qu'un pervers notoire ne passe par là (ses seins étaient déjà bien développés il faut dire). Mais Colère était un lion et les enfants cinglés de dehors étaient tous torse-nus, quelle déveine. Chloé s'assit par terre, loin de la marre de sang si possible, et se mit à réfléchir.
En effet, où devait-elle aller maintenant ? Elle pouvait toujours retourner dans l'amphithéâtre, mais Jules Ferry n'était peut-être pas le seul ministre de l'éducation de la mort (Xavier Darcos a bien marqué son époque lui aussi).
"Puis-je vous aider mademoiselle ? Entendit alors Chloé, je suis un spécialiste vous savez ?"
Racineleretour
Racineleretour
Modo
Modo

Messages : 1162
Date d'inscription : 18/02/2009
Localisation : In Wonderland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Racineleretour le Mar 25 Jan - 7:50

"But I don't want to go among mad people !
- Oh, you can't help that ! We're all mad here. I'm mad, you're mad."


La jeune fille se retourna alors et vit un espèce de petit lézard, quoique pas si petit que cela, car il devait bien faire un bon mètre.
"Vous avez l'air blessée, dit le lézard, vous devriez allez à l'hôpital.
- Vous en connaissez un ? Demanda Chloé.
- Moi ? Oui, naturellement, suivez-moi."
Sans poser de questions, la jeune fille suivit donc le lézard. Ils prirent alors une nouvelle porte, une porte du gymnase que Chloé n'avait absolument pas remarqué lorsqu'elle était rentré ici. Il s'agissait d'une porte métallique, couverte d'anguilles noirs qui, en dépit de la gravité, ne tombaient pas et circulaient librement sur la surface de la porte.
"Il est comment votre hôpital ? Demanda alors Chloé ?
- Ah ! Il est surtout loin.
- Disons que j'ai assez mal et que c'est plutôt pressant.
- J'imagine bien, mais je fais aussi vite que possible.
- Tu parles Charles, vous marchez là, vous n'allez pas vite.
- Si nous étions des tortues, je nous dépasserait sans soucis lors d'une course.
- Oui, sauf que nous ne sommes pas des tortues.
- Alors, je ne nous double pas, alors de quoi vous plaignez vous ?"
Chloé hocha la tête : elle en avait vraiment marre de la logique de cet endroit, c'était pourtant pas si désorganisé lorsqu'elle était venue la dernière fois. Le lézard s'approcha alors de la porte à anguilles et, en avalant une, dit :
"Betty bought a bit of butter, but said Badder, that butter's bitter ! If I put it in my batter, it'll make my batter bitter."
La porte s'ouvrit alors, débouchant sur une espèce de forêt où l'on pouvait voir un éléphanteau en train de fumer une pipe en lisant un livre. Chloé et le lézard s'avancèrent donc et y pénétrèrent avant que la porte de se referme.
"Salut George ! Dit le lézard.
- Salut Mike.
- Salut George !
- Salut Mike.
- Salut George !
- Salut M ...
- C'est bon ! S'exclama Chloé exaspérée, je vois très bien que vous vous connaissez, c'est gentil et tout et tout, mais maintenant, est-ce qu'il serait possible que l'un de vous m'indique comment je pourrais faire pour trouver un hôpital dans le coin ?
- Elle est stressée ta terrienne, Mike.
- En effet, George.
- "Terrienne" ?! Mais on est dans ma tête là ! On est chez moi et on-ne-peux-plus chez moi."
L'éléphanteau mit alors un marque page dans son livre et, dès qu'il l'eut fermé, l'animal disparu. Surprise, Chloé se retourna alors vers le lézard pour lui en faire part lorsqu'elle s'aperçut que lui aussi avait disparu.
Elle proféra bien quelques injures, mais elle reconnu bien rapidement d'elle-même qu'elle ne faisait là que gaspiller son énergie, énergie qu'elle pourrait sans doute utiliser pour accomplir quelque chose de plus productif. La jeune fille se mit donc à regarder autour d'elle, se demandant s'il était possible de trouver ne serait-ce qu'un chemin dans cette forêt.
La forêt en question était sombre, et il manquait des feuilles à à peu près tous les arbres, mêmes les sapins (si sapins il y avait naturellement). Le ciel était donc parfaitement visible, ce ciel de couleur rouge sang où, parfois, on voyait voler un corbeau.
"Bon, chemin-chemin, où es-tu ?" Murmura Chloé, où es-tu ?"
Elle se mit donc à marcher en espérant tomber dessus tôt ou tard. Cependant, elle avait beau marcher, elle réalisa bien assez vite que cela ne servait à rien et qu'il n'y avait pas de chemin dans le coin. Elle frappa donc un des arbres et, serrant les poings, cria de toutes ses forces :
"J'en ai marre de cette saloperie d'endroit.
- Oui, mais on est dans ta tête.
- Je me moque qu'on soit dans ma ..."
Elle s'arrêta.
"Hé ! Qui est là ?
- Le chat de Cheshire ma gente dame."
Elle leva la tête et aperçu Chaperon assise sur une branche d'un des arbres qui se trouvait tout près d'elle. La jeune fille croisa alors les bras et demanda :
"Bon, est-ce que toi, au moins, tu connais un chemin pour sortir de cette forêt.
- Mmhhhhhh ... oui !
- Ouf ! Super ! Est-ce que tu peux me l'indiquer ?
- Mmhhhhhh ... non !
- Hein ?! Pourquoi ?
- Pas envie."
Chloé était désormais bouillante de rage et elle cria :
"Espèce de petite salope de fille de pute !!! Tu me demandes pendant des mois de venir sauver cet endroit et maintenant que je suis ici, tu me laisses tomber !!!"
L'instant d'après, cependant, Chaperon avait disparue.
Racineleretour
Racineleretour
Modo
Modo

Messages : 1162
Date d'inscription : 18/02/2009
Localisation : In Wonderland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Racineleretour le Ven 11 Fév - 10:01

Chloé se frotta les yeux pendant quelques instants afin de se calmer un peu. Il allait maintenant falloir qu'elle se déplace jusqu'à ... n'importe où en fait, parce qu'elle ne savait absolument pas où il fallait aller. En effet, tout autour d'elle, il n'y avait qu'une sombre forêt qui semblait s'étendre jusqu'à l'infini.
"Bon, faut bien commencer quelque part, se dit la jeune fille, alors, marchons."
Elle se mit donc à avancer sans plus de délais, convaincue qu'à un moment, elle allait quand même bien trouver quelque chose.
"Printemps, saison de la renaissance, saisons de la vie, saison de la verdure." Entendit-elle soudain.
Certaine que cela provenait de derrière elle, Chloé se retourna, mais ne vit absolument personne. Fronçant les sourcils, elle se mit donc à avancer avec, désormais, la désagréable sensation qu'on la suivait.

Dans le TGV qui se dirigeait vers Paris, la tante de Chloé était en train d'attendre, patiemment, la joue contre la fenêtre. Elle ressentait à la fois de la tristesse et de la haine ; de la tristesse pour le mort de son mari, mais aussi, de la haine envers Chloé, cette petite garce qui l'avait tué. Oui, il l'avait peut-être frappé, mais ensuite ? Elle, sa femme depuis près de 15 ans le supportait bien et, parfois même, elle aimait cela, alors, pourquoi pas sa nièce ?
Elle se remémora alors sa rencontre avec Pierre, il y a bien 15 ans de cela. A l'époque, la tante de Chloé n'était qu'une fille que tout le monde rejetait parce qu'elle était différente, mais pas dans le bon sens. En effet, elle était violente, s'était déjà faite renvoyer de plusieurs établissements et personne ne semblait rien pouvoir faire pour elle, car elle était alcoolique et n'en faisait qu'à sa tête.
Un soir, juste avant le dîner, son père avait reçu un message de l'établissement de sa fille, signifiant le renvoie de celle-ci de l'établissement pour agression sur un professer.
Si elle était agressive, la tante de Chloé ne pu cependant pas s'opposer pendant trop longtemps à son père qui était une véritable armoire à glace. En quelques minutes, tout fut joué et le père lui cria :
"Pendant des années, on a supporté tes conneries, tes sauts d'humeur ! On t'as mis en garde, on t'as prévenu qu'il y aurait des conséquences, mais tu ne voulais tout simplement pas écouter. Eh bien ma petite, t'es majeure maintenant, et tu sais ce que ça veut dire ?
- Non, connard.
- Ça veut dire que je peux te foutre dehors sans autre forme de procès.
- T'auras jamais les couilles de le faire.
- Ah ouais ? Eh bien moi, je crois que si ! Dégage de cette maison !
- Tu déconnes, allez, tu ...
- Non ! Pas du tout ! Je t'envoies ta valise par la fenêtre, mais ensuite, n'espère plus rien de moi !"
C'est ainsi qu'elle se retrouva dehors, regardant attentivement ce qui se trouvait dans sa valise pour estimer le temps pendant lequel elle serait capable de tenir avec les ressources qui lui étaient données. Elle s'assit alors sur le pavé et se mis à pleurer, réalisant à quel point elle avait raté sa vie et en même temps, à quel point elle détestait son père.
"Pourquoi pleurez-vous ?" Entendit-elle alors.
Relevant la tête, elle vit un homme d'à peu près 20 ans, un livre sous la main et les cheveux parfaitement peignés.
"Foutez-moi la paix, dit-elle.
- Allons, allons, vous avez perdu votre fiancé ?
- Non.
- Vous avez perdu un proche ?
- Non !
- Vous avez perdu ...
- Arrêtez de jouer au Loto comme ça ! Je vous ait déjà dit de me foutre la paix, merde !
- ... votre foyer ?"
Elle ne répondit rien cette fois-ci. Après quelques secondes, elle lui raconta ce qui c'était passé et de quelle manière elle avait été jetée dehors. L'individu écouta attentivement, puis, dit :
"Eh bien, si je peux vous aider, venez donc chez moi pour la nuit, vous y serez toujours mieux que dehors."
Le choc lié au fait d'avoir été jetée hors de chez elle lui avait fait oublier les règles les plus élémentaires de la prudence et elle accepta. Avant de se mettre en route, l'inconnu lui demanda à tout hasard quel était l'appartement de ses parents, ce qu'elle lui indiqua sans savoir ce qu'il pouvait avoir derrière la tête.
Une fois chez lui, elle s'aperçut qu'il s'agissait d'un appartement assez confortable, plus, en tout cas, que celui de ses parents. L'inconnu lui offert donc un dîner et lui proposa de regarder la télé pendant qu'il allait s'occuper d'une petite commission ; pleine de gratitude pour lui, elle ne pu qu'accepter. Il fut donc absent pendant près de deux heures, mais finalement, quand il revint, il avait sur le visage un air parfaitement détendu.
"Vous étiez où ?" Demanda la tante de Chloé à tout hasard.
Quand il rangea son manteau, elle aperçu alors qu'il était couvert de sang et remarqua alors une odeur de brûlé. Se redressant brusquement, elle lui demanda ce qu'il lui était arrivé, s'il avait été attaqué dans le rue.
"Non. Comme je sais que tu dois détester tes parents, je suis allé leur rendre une petite visite.
- Et ?
- Je leur ait collé une balle dans la tête a chacun, puis, j'ai mit le feu.
- Quoi ?!" Hurla-t-elle.
Elle s'écroula sur le divan, incapable de respirer pendant quelques secondes, se tenant la tête. L'inconnu s'approcha alors d'elle et lui mit alors une main sur l'épaule, mais au lieu de la repousser, la jeune fille la prit et la serra.
"Merci, dit-elle avec un sourire chargé de démence, merci ! Ça fait tellement de bien ! Je les détestait ! Je les haïssait ! Je voulais leur mort ! Vous êtes un ange tombé du ciel."
Ce soir-là, ils firent l'amour plusieurs fois et le souvenir du meurtre des parents de la jeune fille les échauffa tous deux encore plus.
Un mois plus tard, ils se marièrent.
Racineleretour
Racineleretour
Modo
Modo

Messages : 1162
Date d'inscription : 18/02/2009
Localisation : In Wonderland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Racineleretour le Lun 14 Fév - 7:55

Les années avaient passées lentement, sans qu'ils aient cependant pu avoir d'enfants. C'était une certain déception pour Lucie, mais en même temps, elle n'était pas certaine que c'était vraiment une bonne idée, vu la façon dont son mari regardait les petits enfants lorsqu'on passait par le square public. Néanmoins, quelques années passèrent et un beau jour, Pierre revint à la maison avec une feuille en main.
"Tu devineras jamais ce que je viens d'apprendre.
- Dis.
- Mon frère vient d'être enfermé en taule, à cause de sa salope de fille. Et maintenant, cerise sur le gâteau, on me demandes de la garder.
- Y'en a qui manquent pas de toupet ... il avait fait quoi ton frère au fait ?
- Il a tué sa femme.
- Eh ben, c'est du joli."
Pierre lui envoya alors une torgnole surpuissante qui l'envoya directement sur le divan. Après quelques secondes de pause, lorsqu'elle ce fut relevée, il reprit :
"Tu ne comprends donc pas ? Il s'agit de Julia qui a été tuée ! Cette pute est morte, enfin ! Après tant de temps d'attente, elle est enfin morte ...
- Alors pourquoi est-ce que tu te fâches mon nounous ? Demanda-t-elle en lui caressant la joue.
- Parce qu'elle a eu le temps d'avoir un gosse, une fille en plus. Cette petite merde doit bien ressembler à sa mère ! C'est comme si elle n'était pas morte, vois-tu.
- Oui, je vois surtout que tu as besoin de te reposer, va donc t'allonger, je vais aller te préparer à manger."

Un mois plus tard, un matin de janvier, il revenait avec une petite fille d'à peu près 12 ans. Elle avait l'air fatiguée, elle sortait tout juste de l'hôpital disait-on, ce qui expliquait qu'elle soit encore un peu maigre. Son oncle la tenait par la main et gardait l'autre derrière son dos, comme ces petites filles qui vont découvrir le monde ; sauf qu'ici, en l'instance, elle découvrait simplement sa nouvelle maison.
"C'est vraiment joli, dit-elle à son oncle.
- Va donc voir ta tante."
La jeune fille s'exécuta donc et vint faire un câlin à sa tante. En réalité, elles ne s'étaient jamais rencontrées, Pierre ayant coupé tout les ponts avec son frère il y a de cela des années, bien avant la naissance de sa nièce. Lucie lui montra donc sa nouvelle chambre, chambre qui donnait directement sur un petit jardin, mais dont aucune des fleures n'étaient encore au point d'éclosion.
Lucie ne savait pas ce qu'il en était pour son mari, mais elle, se trouvait absolument comblée d'avoir un enfant chez elle, c'était comme si un rêve se réalisait.
"Bon, je vais aller préparer le dîner, dit-elle, ammuses-toi bien.
- Merci mais ... que je m'amuses ?" Demanda Chloé en mettant ses vêtements dans le placard.
Mais sa tante ne répondit rien et s'en alla dans la cuisine.
Elle avait presque finie de préparer le dîner lorsqu'elle entendit des cris. Elle reconnue la voix de Chloé et elle fonça pour voir ce qui se passait. Arrivant à la porte de sa chambre, elle vint son mari sortir de là, sa baguette à la main.
"Qu'est-ce qui s'est passé ? Demanda-t-elle à Pierre.
- J'avais besoin de me détendre. Où en est le dîner ?
- P ... presque prêt.
- Ah ! Parfait !"
Et il s'en alla. Lucie entra donc dans la chambre et vint Chloé qui, allongée sur son lit, pleurait à chaudes larmes. Elle s'approcha de sa nièce et s'assit près d'elle ; elle lui caressa la tête pendant quelques secondes avant de demander :
"Qu'est-ce qui s'est passé.
- Il m'a frappé ... si fort ... si fort ! ... il ne m'a même pas dit ce que j'avais ... fait de mal.
- Allons, tout va bien.
- Je veux pas vivre avec lui. Je veux partir d'ici."
Cela, pour Lucie, il n'en était pas question. Pour le moment, il fallait que sa nièce oublie, tout du moins partiellement, ce qui venait de lui arriver. Elle lui dit donc de la suivre jusqu'à la cuisine et, une fois là, pendant qu'elle avait le dos tourné, prépara un peu de vodka dans laquelle elle ajouta du jus de fruit pour masquer tout du moins la couleur à défaut de l'odeur.
"Tiens, bois et ça ira mieux."
Sa nièce s'executa et, après avoir bu, s'exclama :
"C'est quoi ça ?!
- Du jus de pamplemousse.
- J'ai jamais goûté du jus de pamplemousse comme ça !
- Le miens est effectivement spécial, mais tu verras : dans même pas quelques minutes, tu iras mieux."
Chloé n'y cru apparemment pas mais, quelques minutes plus tard, elle état aussi gai qu'un pinson et blaguait même avec son oncle. Lucie sourit, tout en sachant que ce qui venait de se passer ce soir-là se répéterait très certainement un nombre incalculable de fois au fil des mois à venir.
Racineleretour
Racineleretour
Modo
Modo

Messages : 1162
Date d'inscription : 18/02/2009
Localisation : In Wonderland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Racineleretour le Ven 29 Avr - 0:42

Salut, je sais que ça fait longtemps, mais je crois qu'il est plus que temps que je me mettes de nouveau à la rédaction des chapitres de cette fic qui me tient vraiement à coeur. Smile

Chloé regardait atour d’elle et ne voyait toujours que la forêt obscure. Même si la lumière bienveillante d’un jour d’été avait pu paraitre pendant quelques instants, lui donnant l’espoir fou que la situation pourrait s’améliorer, tout semblait toujours aussi néfaste. Le pire c’est qu’elle se souviens d’un jour où son père lui avait dit qu’il valait mieux savoir où on devait aller que d’être complètement perdu ; cette phrase lui avait semblé complètement absurde à l’époque et pourtant, maintenant qu’elle y songeait, elle tombait complètement dans le mille : car elle ne savait fichtrement pas où elle voulait se rendre.
Alors qu’elle semblait perdue dans ses pensées, elle cru remarquer un petit garçon qui, assit au bord d’un arbre, jouait avec la nouvelle DS. Intriguée plus par le fait qu’il y ait un autre être doué d’intelligence qu’elle dans cet endroit désolé, elle se dirigea vers lui. Lorsqu’elle se fut suffisamment approché de lui, elle lui touché légèrement l’épaule pour lui faire savoir qu’elle était là et demanda :
« Hé, petit, est-ce que tu sais comment sortir de cette forêt ?
- Nan, et j’m’en fous.
- Euh … est-ce que tu sais où est-ce que je pourrais trouver une quelconque indication me permettant de sortir de cette forêt ?
- Nan, et j’m’en fous.
- Alors, est-ce que tu connais quelqu’un qui pourrait m’indiquer comment sortir de cette forêt ?
- Nan, et j’m’en fous. »
Chloé fronça les sourcils.
« Eh ben, dis-moi, tu ne t’intéresse pas à grand-chose.
- J’suis occupé.
- Par ta DS c’est ça ? Tu joues à quoi ? Layton ? Pokémon ?
- Pokémon.
- Ah ! Et en plus j’ai mis dans le mille. Eh bien, laisse-donc tomber ton joujou et viens m’aider une seconde.
- Nan, et j’m’en fous. »
Cette fois-ci, la jeune femme s’énerva réellement. Serra les poings et soudainement, elle prit la DS des mains de l’enfant. Surpris, celui-ci se leva pour se confronter à elle, mais elle faisait au moins 30cm de plus que lui et elle avait quelque chose dans le regard qui lui faussa l’envie de tenter quoi que ce soit de stupide.
« Eh bien, reprit Chloé, est-ce que la mémoire te reviendrait enfin ? Est-ce que tu sais comment est-ce que je pourrais sortir de cette forêt ? »
Le petit garçon resta muet et croisa les bras. Frustrée, Chloé se mit à jeter la DS en l’air et de la rattraper, mais en l’envoyant à chaque coup de plus en plus haut.
« Tu sais p’tit, c’est quand même un beau joujou que t’as là, ce serait vraiment dommage qu’il lui arrive quelque chose … tu sais, du genre moi qui n’arrives pas à le rattraper.
« Ok ! Ok ! Ok ! Vous avez gagnés, je vais vous dire comment sortir d’ici, mais rendez-moi ma DS d’abord.
- Pas si vite pitchoun, je veux d’abord que tu me dises comment sortir d’ici et ensuite je te rendrais ta DS, d’accord ? »
Le petit garçon claqua alors des doigts et brusquement, lui et Chloé se retrouvèrent dans un centre commercial. Cependant, il était, comme la forêt quelques instants auparavant, rempli de noirceur et de ténèbres. Tous les magasins étaient ouverts mais pourtant, il n’y avait personne dans les stands, personne qui essayait les chaussures, chemises, pantalons ou robes d’une nouvelle marque à la mode. En revanche, il y avait toujours la musique, plus précisément la seconde marche de « Automne » de Vivaldi (une musique glauque qu’un réalisateur utiliserait sans problème dans un film d’horreur avec une poupée vaudou voulant assassiner de pauvres amants sans défense).
« Hé, t’es sûr que c’est bien ici ? » Demanda Chloé en se tournant vers le petit garçon qu’elle avait perdu de vue pendant quelques instants.
Cependant, il n’était plus là, même si la jeune femme était toujours en possession de sa console de jeu. Elle haussa les épaules. Bien qu’elle soit toujours perdu, au moins, maintenant, elle savait qu’elle était plus proche du lieu où elle souhaitait inconsciemment se rendre (peu importe où ce lieu puisse être).
« Bon eh bien, en avant alors. » Se dit-elle en commençant à marcher.
Pour le moment, elle recherchait surtout des panneaux qui indiqueraient la sortie ou au moins, une fenêtre ; en effet, on est dans un rêve et dans un rêve, quand on saute d’une fenêtre, on fini toujours par se réveiller. Cependant, il ne semblait y avoir rien de tout ça dans les environ et Chloé commençait à être de plus en plus désespérée. Mais alors qu’elle allait s’asseoir sur un banc, elle vit une méduse, mais qui semblait flotter dans les aires aussi facilement qu’elle aurait pu flotter sous l’eau. Intriguée, la jeune femme s’approcha de lui et, après l’avoir salué, elle demanda :
« Excusez-moi monsieur, est-ce que vous sauriez comment est-ce que je pourrais sortir d’ici ?
- Oui.
- Ah ! Excellent ! S’exclama Chloé en étant tout de même surprise par le fait qu’une méduse puisse parler.
- Suivez-moi donc. »
Trop heureuse d’enfin trouver quelqu’un de coopératif dans cet univers foldingue, Chloé le suivit sans se poser de questions, sans même se demander s’il était finalement bien raisonnable de suivre une méduse qu’on ne connait pas.
Cependant, tandis qu’ils descendaient les étages à l’aide des escalators, elle ne pouvait s’empêcher de se poser certaines questions, comme par exemple, ce qu’elle allait bien pouvoir faire lorsqu’elle se réveillerait et qu’elle reviendrait dans le monde réel. Dans le magnifique monde réel, la police était convaincue qu’elle avait poussé son oncle dans les escaliers pour le tuer. Le motif ? Même pas besoin d’en trouver un puisqu’elle avait déjà été cliniquement jugée comme folle et qu’elle avait déjà tué quelqu’un, il y a un an de cela.
« Hé, ça ne va pas ? » Entendit-elle.
Elle sortie alors de ses pensées et vit un un caméléon en smoking marcher à côté d’elle. D’abord intriguée, elle se calma en se disant qu’après tout ce qu’elle avait pu voir, rien ne l’étonnait plus. Elle soupira un coup avant de répondre :
« Non, c’est juste que c’est tellement plus confortable ici, dans ce monde où … voilà quoi.
- Il ne faut pourtant jurer de rien ?
- Pourquoi ça ?
- Par exemple, est-ce que tu sais que mon ami la méduse est en train de préparer un petit tour ? »
Chloé se tourna alors vers la méduse qui semblait être arrivée à une espèce de porte. Il semblait s’agir d’une porte de sortie à en juger par sa taille, mais tandis que la jeune femme semblait remplie de joie et d’espérance, la méduse, ouvrit la porte et des centaines de clients au visage plus blanc que neige et avec les yeux avides pénétrèrent dans le centre commercial, après quoi, la porte se referma et disparue.
Racineleretour
Racineleretour
Modo
Modo

Messages : 1162
Date d'inscription : 18/02/2009
Localisation : In Wonderland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Kazumi le Ven 29 Avr - 11:08

Ben des que j'ai fini la fic à nounette je commence la tienne ^^ !
Kazumi
Kazumi
Membre
Membre

Masculin Poissons Cochon
Messages : 3219
Date d'inscription : 17/05/2009
Age : 24
Localisation : Dans un pot de Nutella ! :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Racineleretour le Lun 16 Mai - 19:07

D'où je suis, j'ai déjà prévu la fin du roman, il ne doit rester plus qu'une petite dizaines de chapitres et ensuite, j'essayerais de faire ... un truc comique tiens ! Very Happy
« Hé ! Qu’est-ce que ça veut dire ?! S’exclama Chloé.
- De quoi ?
- Eh bien, le fait qu’il y ait tout un coup tant de clients qui viennent d’entrer dans le magasin et le fait que tout à coup, la porte par laquelle j’étais supposée sortir vient de disparaitre.
- Ah, ça ? C’est rien, quelques effets secondaires. Pendant quelques heures chaque jours, les portes disparaissent, mais elles reviendront … ou pas, je ne sais plus.
- J’ai pas le temps de prendre le thé en attendant que tout revienne dans l’ordre ; est-ce qu’il y a une autre façon de sortir ?
- Non. » Dit calmement la méduse avant de disparaitre à son tour. Chloé était folle de rage et se tourna donc vers le caméléon pour protester mais elle s’aperçue alors qu’il avait disparu à son tour. Elle regarda alors autour d’elle et se demanda dans quel type de magasin elle pourrait bien trouver une sortie … après tout, elle se trouvait dans son propre esprit qui était construit, logiquement, avec des parcelles d’elle-même ; ainsi, elle devrait pouvoir tout trouver par intuition.
« J’ai trouvé ! » S’exclama-t-elle en se tournant alors vers le magasin de thé.
Elle se précipita dans le magasin et y vit des dizaines de personnes en train de faire leurs achats. Peu importe, elle se faufila et réussi bien péniblement à atteindre le comptoir. Une fois là, elle demanda à voir le vendeur et lorsqu’il fut là, elle demanda :
« Dites, est-ce qu’il y aurait une espèce de sortie à votre boutique ?
- Oui, celle par laquelle vous venez d’entrer.
- Non, je veux dire, une sortie par laquelle je pourrais m’échapper de ce centre commercial.
- Allez donc voir près du thé de Ceylan, il m’a semblé avoir vu quelque chose d’assez étrange dans ce secteur.
- Merci. » Dit la jeune femme en ce précipitant vers ledit thé de Ceylan.
Le thé était contenu dans une boite avec inscrite dessus « Thé de Ceylan ou du Sri Lanka, à vous de choisir. » Une fois la boîte ouverte, Chloé y prit une poignée de thé et la renifla pour voir si quelque chose de spétial se passerait, mais tout demeurait parfaitement normal.
« Bon, eh bien voilà autre chose. » Grommela-t-elle.
Un vendeur lui mit alors la main sur l’épaule et lui dit :
« Hé, p’tite dame, vous devriez essayer d’en boire un peu.
- Euh … comme ça ? Vous savez que du thé il faut genre, de l’eau et tout.
- Eh bien venez dans l’arrière boutique.
- Hein ?! Comme ça ? Je préfère pas, non. Dernièrement, il m’est arrivé beaucoup de choses malsaines, même si je me trouves techniquement dans mon propre psyché. »
Le vendeur fouilla alors dans sa poche et sortit une tasse de thé avec de l’eau chaude dedans. Il prit ensuite quelques unes des feuilles du thé de Ceylan et laissa le tout macérer pendant quelques secondes avant de donner la tasse à Chloé. Aveuglée par son désir de sortir de ce centre commercial, la jeune femme bu sans se méfier et avala tout le thé en moins de quelques instants.
« Bon, et maintenant ? Demanda-t-elle. Qu’est-ce que je dois faire ?
- Attendre.
- Oui, j’imagines bien, mais attendre quoi au juste ?
- Ben, que le poison vous tues pour de bon.
- De quoi ?! Hurla-t-elle.
- Vous vouliez sortir du centre commercial, c’est pour cela qu’on vous a donné du poison, pour que vous en sortiez définitivement. Si vous voulez, nous pouvons vous amener au rayons où se trouvent tous les lits afin que vous puissiez avoir une mort aussi douce que possible.
- Non mais ça va pas la tête ou quoi ?! J’ai jamais dit que je voulais mourir moi ! Y’a pas un endroit où je pourrais trouver un antidote à ce poison ?
- Oui, avec les vins, de l’autre côté du couloir.
- J’y vais alors. » Dit-elle en fonçant hors du magsin.
Cependant, avant d’en être sortie définitivement, elle se retourna vers le vendeur et cria :
« Je jures que si jamais je m’en sors, je vais chez le psy et je m’arranges pour vous faire disparaitre ! »
Puis, elle prit ses jambes à son coup et fila vers le magasin de vins.

Le train de Lucie était toujours en train de se diriger vers Paris, mais il venait de prendre quelques minutes de retard et ne serait en gare qu’aux alentours de 23h 45. Peu importe, car cela avait donné assez de temps à la tante de Chloé pour réfléchir un bon coup. Deux sentiments contradictoires étaient en train de se battre en elle, se livrant une guerre sans merci. D’une part, elle aimait son mari qui avait su en quelque sorte la sauver de ses parents (en les tuant, soit, mais le travail avait tout de même été fait) et qu’elle aimait, mais de l’autre, il y avait sa nièce qu’elle adorait aussi et qui n’avait peut-être tué son oncle que pour se défendre.
« Excusez-moi, entendit-elle, est-ce que je peux m’asseoir là ? »
Elle leva la tête et vit un homme habillé d’une manière étrange, comme s’il sortait d’un carnaval. Cependant, elle le laissa passer et se remit à réfléchir. Il faisait tellement noir dehors que désormais, elle n’y voyait plus rien et se dit qu’il serait mieux de lire, sauf qu’elle n’avait rien sous la main. Elle se tourna alors vers l’homme habillé étrangement et lui demanda s’il avait un livre avec lui.
« Je … non, désolé. » Répondit l’homme avec étonnement.
Une question qui chatouillait Lucie ne put finalement qu’être posée.
« Excusez-moi mais, pourquoi est-ce que vous êtres habillé comme ça ?
- Parce que je suis un prêtre.
- Un … ça existe encore ? » S’étonna Lucie qui n’en avait plus vu depuis l’âge de 10 ans à partir duquel elle avait simplement refusé de retourner à la messe.
Le prêtre la dévisagea pendant quelques secondes avant de dire :
« Il y a quelque chose qui vous troubles, n’est-ce pas ?
- Moi ?
- Oui, je peux le voir sur votre visage. Vous êtes en proie à un doute terrible et vous craignez les deux choix qui se battent en vous.
- Vous êtes psy ou quoi ?! Et même si c’était vrai, pourquoi est-ce que je vous raconterais ?!
- Ne vous sentiriez-vous pas apaisée ? J’ai près de 60 ans, j’ai beaucoup d’expérience et je peux peut-être vous conseiller.
- Non, retournez à votre Bible et fichez-moi la paix ! »
Le prêtre n’insista pas.
Lucie s’assoupi assez rapidement à la suite de cela, n’ayant pas dormi la nuit dernière, mais ce fut pour faire un terrible cauchemar.
Racineleretour
Racineleretour
Modo
Modo

Messages : 1162
Date d'inscription : 18/02/2009
Localisation : In Wonderland

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Wahnsinn von Chloée - Page 5 Empty Re: Wahnsinn von Chloée

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum